Victime de l'affaire DUTROUX.

Tuesday, March 01, 2005

DES DOUTES SUR LE DEROULEMENT DE L’INSTRUCTION EN COURS…

J’ai déposé plainte en octobre 2003 auprès du juge PREAUBERT de Charleville Mézières.
Celui-ci m’a entendu pour la première et dernière fois plus de 5 mois après mon dépôt de plainte.
Je suis en droit de me poser la question: Pourquoi avoir attendu tant de temps alors qu’il détient toutes les preuves écrites concernant le complot dont j’ai été victime ? J’ai l’impression que mon affaire les embarrasse énormément. Et pourtant, nous sommes dans un pays des droits de l’homme !
D’un autre côté, le juge CONNEROTTE aimerait tant que cette affaire éclate au grand jour. Je le souhaite également. Je vous rassure, je suis en relation avec plusieurs journalistes qui ne vont pas hésiter à dévoiler mon affaire.

Plusieurs mois se sont ensuite écoulés avant que le juge PREAUBERT procède à la première audition.
Le juge CONNEROTTE et le juge LA CHAPELLE ont en effet été entendus en toute discrétion fin juillet 2003. Comme par hasard, mes deux avocats n’avaient pas été informés de la date de ces auditions.
De plus, malgres le témoignage en ma faveur de deux juges d'instruction (CONNEROTTE et LA CHAPELLE), rien n'a bougé ! Je me pose un certain nombre de questions.

Christine HAYON, mon ex-compagne et André HAYON, mon ex- beau père ont été entendus par la nouvelle juge d’instruction Angélique NAKHLEH le 20/01/2005. Le gendarme RENKIN à l’origine du complot a lui été entendu le 21/01/2005.
Madame HAYON Maria, mon ex-belle mère est venue témoigner en ma faveur le 01/03/2005.

A ce jour, et malgré toutes les preuves à charge des personnes qui sont à l’origine de mon
complot, aucune inculpation n’a été prononcée.

Pourquoi la justice française a indiqué aux journalistes que mon affaire était classée parmi les dossiers sensibles ? Sensible mais pour quelles raisons ?
D’autre part, j’ai appris que le gendarme RENKIN Alain qui est impliqué dans mon affaire, a reçu une promotion ! Je trouve cela incroyable. Il est désormais à la PJ de Namur (Belgique) alors qu’il aurait dû être démis de ses fonctions. Troublant…
Je vous rappelle que c’est le gendarme RENKIN Alain qui a fait croire qu’il y avait un contrat sur la tête des deux magistrats (CONNEROTTE et BOURLET en charge du dossier DUTROUX à cette époque) et que j’étais l’éxécuteur. Or à ce jour, le juge CONNEROTTE dément toutes les accusations à mon égard.

Je tiens à vous informer que je vais envoyer un courrier (avec accusé de réception; bien entendu) au ministre de la justice Dominique PERBEN (garde des sceaux) pour lui faire part de mon mécontentement concernant le déroulement de l’instruction. Instruction que je trouve superficielle et trop lente !

0 Comments:

Post a Comment

<< Home