Victime de l'affaire DUTROUX.

Tuesday, March 08, 2005

DES CHOSES TROUBLANTES…

Voici quelques personnes qui sont à l’origine du complot dont j’ai été victime.

1) Christine HAYON, la mère de mon fils,

2)Le gendarme RENKIN Alain qui a des liens de parenté avec mon ex-compagne, Christine HAYON. En 1996, il était enquêteur à la cellule DUTROUX de Neufchâteau. Comme par hasard !
C’est également ce gendarme qui enquêtait sur le soit-disant enlèvement des deux filles de BOUILLON (Belgique) qui se révélera être une fugue. Comme par hasard, les deux filles soient disant enlevées sont des connaissances de Christine HAYON, mon ex-compagne. Cet enculé de gendarme avait demandé des photos de moi à Christine HAYON afin de pouvoir les montrer aux deux filles. Mon ex-compagne lui a fourni. Le but était d’influencer les filles afin qu’elles disent que c’était moi l’auteur de l’enlèvement. Mais ce n’est pas terminé.
Ce gendarme a aussi faire croire à M. Le Juge CONNEROTTE et le procureur BOURLET (en charge du dossier DUTROUX) qu’un contrat pesait sur leur têtes et que j’étais l’homme qui devait les abattre. Mais, comme le juge CONNEROTTE l’a dit devant la cour d’assises d’ARLON au procès DUTROUX, il s’agit d’une manipulation orchestrée par la gendarmerie belge.

3)Le juge LANGLOIS qui était en charge du dossier DUTROUX après le déssaisissement du juge CONNEROTTE était complice avec le gendarme RENKIN. Je le considère comme un ripoux.

4) Le journaliste Michel PETIT (quotidien la Dernière Heure) sera le seul à écrire plusieurs articles injurieux à mon égard. Je vous signale que Michel PETIT est un ami du juge LANGLOIS.

Tout ce petit monde se connaît. Coïncidence ? Ils n’ont toujours pas été inculpés par la justice française.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home